En Asie, être jeune et beau, c’est essentiel !

Avant et après le remodelage du visage
Avant et après le remodelage du visage

1 000 euros pour un nez aquilin, 2 500 pour un small visage ! C’est le coût qu’on doit payer pour être parfait. Encore tabou dans de nombreuses sociétés, la chirurgie esthétique est un sujet évoqué en Asie avec de moins en moins de pudeur. Un jour on s’aperçoit, tout un coup, qu’on n’a plus le droit de veilleir, ni de garder le visage qui nous a été donné à la naissance. C’est là où la chirurgie esthétique apparaît devant nous en proposant les solutions à tous nos problèmes.

Ces pays qui font la vague

La Corée du Sud est placée au premier rang dans la classement mondial sur le marché de la chirurgie plastique. 20% des Coréennes âgées entre 19 et 49 ans ont admis être déjà passées sur le billard de la beauté.

La Chine, pour sa part, montre son ambition dans ce business. La demande pour la chirurgie esthétique y est en pleine croissance avec une valeur annuelle, estimée à 1,5 milliards de yuans (environ 184,4millions euros) d’après le China Business. Il existe aujourd’hui plus de 50 000 organisations de chirurgie plastique à travers le pays et plus de 3 millions de personnes subissent des interventions chaque année.

Au menu: rabotage des mâchoires inférieures afin de rétrécir son visage, débridage des paupières pour avoir des grands yeux, blanchiment de la peau, nez rallongé sont les options préférées par les femmes asiatiques.

Quelles raisons pour faire ce choix

Une vraie culture du bistouri s’est mise en place depuis le début des années 2000. Les stars sud-coréennes dominent les charts et les écrans, de Tokyo à Bangkok. Cette avalanche d’artistes produits à la chaîne a relooké l’Asie, puissance industrielle besogneuse, en trend-setteuse de l’Extrême-Orient. Les jeunes asiatiques s’adaptent à la situation. Ils sont en effet nombreux à franchir les portes des cliniques munis de la photo de leurs idoles dans l’espoir d’en ressortir avec les mêmes yeux ou le même nez que la popstar du moment.

Venues de toute l’Asie, des milliers de jeunes femmes courent les cliniques esthétiques. Boostée par le culte de l’apparence, la chirurgie redéfinit les contours de l’ascension sociale. Il devient indisponible pour trouver un bon travail. Par ailleurs, une apparence parfaite est un must qui fait tomber les maris potentiels, riches si possible.

Règlementation assouplie, budgets plus importants, l’Asie n’est pas encore prête à renoncer au marché juteux de la chirurgie esthétique.

Pengli HE.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s