Les ruines de Détroit : la nouvelle attraction touristique

Il y a quelques semaines le LA Times publiait une visite guidée de la ville Détroit, envahie peu à peu par les touristes, désireux de découvrir cette ville tombée en désuétude. Une ville qui se meurt et qui attire les curieux…

Détroit, une ville presque fantôme, touchée de plein fouet par la crise économique, a été déclarée en faillite le 18 juillet 2013. Une faillite, provoquée notamment par la baisse spectaculaire de la population ces dernières décennies : de 1,85 millions en 1950, on recensait seulement 710.000 habitants en 2010. Une population insuffisante, pour permettre de payer les retraites ou entretenir les infrastructures.

Le plan de sauvetage de 2009, lancé par Ford, General Motors et Chrysler n’a pas suffi à redresser la ville du Michigan, le géant de l’industrie automobile. La ville, aujourd’hui en ruines,  n’a même pas les moyens de démolir ses établissements abandonnés. Selon le LA Times, Détroit compte 78.000 bâtiments délaissés et le coût de démolition pour chaque structure s’élève à 8.000 dollars, un montant trop élevé pour une ville en faillite.

detroit20Motor City semble s’éteindre petit à petit. La ville a d’ailleurs fait l’objet de nombreux reportages photo, dont The Ruins of Detroit, l’œuvre de deux photographes français. Mais Détroit a plein de ressources et certains de ses habitants ont trouvé des solutions pour attirer les touristes: des visites guidées.

Jesse Welter a trouvé comment se reconvertir, après plusieurs années de précarité économique et professionnelle.  Il a commencé ses premières excursions urbaines en 2011 mais c’est depuis cette année que le «secteur touristique» a vraiment redémarré. Jesse Welter connait tous les recoins de la ville et pendant trois heures, il vous fait visiter l’ancienne église méthodiste, la gare ou encore une ancienne école pour filles. Des endroits auxquels le touriste lambda n’a pas forcément accès, ou pourrait trouver cela trop dangereux. Jesse est connu des services de police et des habitants des quartiers. Au grès de petits arrangements, de regards détournés, et parfois de réflexions d’inhospitalité, il se débrouille pour faire découvrir à ses clients ce Détroit désuet.

detLes locaux voudraient que les visiteurs voient le bon côté du nouveau Détroit, «tels que les champs abandonnés que les agriculteurs entreprenants ont transformé en jardins urbains». Mais rares sont les visiteurs qui, par la suite se joignent à leur cause.

Les habitants n’approuvent pas tous l’action de Jesse, mais lui estime faire réfléchir les gens. Les visites guidées font tout de même des heureux: les hôtels qui témoignent d’une «légère hausse» dans leur chiffre d’affaire.

Le documentaire « Détroit, Ville Sauvage » réalisé par le français Florent Tillon et diffusé dans de nombreux festivals décrit bien par l’image et surtout par le son, l’ambiance apocalyptique de cette ville devenue fantôme.

Marlène Haberard.

Crédit photos  et image à la Une : Y.Marchand et R. Meffre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s