Explosion des condamnations à mort dans le monde

En 2014, les condamnations à mort ont bondi de près de 50% dans le monde selon un rapport d’Amnesty International sorti ce mercredi. Un stade qui n’a pas été atteint depuis 1989.

Photo prise en avril 2006, à Xian, dans le nord de la Chine. Escortés par la police, des hommes arrivent à leur procès, au terme duquel ils seront condamnés à mort. | Photo : archives AFP
Photo prise en avril 2006, à Xian, dans le nord de la Chine. Escortés par la police, des hommes arrivent à leur procès, au terme duquel ils seront condamnés à mort. | Photo : archives AFP

1634, c’est le nombre de personnes exécutées en 2014 selon le dernier recensement de l’organisation de défense des droits de l’homme. 25 pays sont concernés par ces condamnations avec en première place l’Iran avec près de 977 ressortissants tués, vient ensuite le Pakistan qui en compte 326 puis l’Arabie Saoudites où ils seraient au moins 158.

Les Etats-Unis ont quant à eux enregistrés une légère baisse avec 28 cas pour l’année 2014 contre 38 en 2013.

Mais le pays qui bâterait tous les records serait sans aucun doute la Chine d’après Amnesty International. Ils seraient en effet plusieurs milliers à avoir subi la peine capitale. Les chiffres sont malheureusement inconnus puisque les statistiques sont classés « secret d’Etat ».

« La hausse des exécutions que nous avons observée l’année dernière est profondément inquiétante. Le nombre des exécutions judiciaires en 2015 a été le plus élevé de ces 25 dernières années », a dénoncé dans un communiqué Salil Shetty, secrétaire général de l’ONG. « L’Iran, le Pakistan et l’Arabie saoudite ont fait exécuter un nombre impressionnant de condamnés à mort, à l’issue bien souvent de procès d’une iniquité flagrante. Ce massacre doit cesser », a-t-il demandé.

L’accord historique sur le nucléaire conclu en juillet dernier avec l’Iran n’a pas fait avancer les choses sur la peine capitale. Les discussions diplomatiques sont pourtant intenses mais « les droits de l’Homme ont été complètement laissés de côté », regrette James Lynch, directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l’Afrique du nord chez Amnesty. Au Pakistan, la peine de mort a été remise sur le devant de la scène depuis l’attaque perpétrée par des talibans dans une école de Peshawar en décembre 2014. Quant à l’Arabie-Saoudite, les moitiés des personnes exécutées seraient des étrangers et ne parleraient même pas arabe.

Espoir d’abolition 

En revanche, La République du Congo, les Iles Fidji, Madagascar et le Suriname font figure de progrès puisqu’ils ont aboli la peine capitale . Ils ont alors rejoint les 98 pays abolitionnistes qui ne procèdent plus à des exécutions. Une évolution qui va dans le bon sens puisqu’en 1977 seuls 16 pays ne procédaient pas à la peine de mort. 

Toujours selon Amnesty International, 20292 personnes se trouveraient actuellement dans le couloir de la mort. Ils sont condamnés pour meurtre, affaire de drogue, adultère, viol, kidnapping ou insultes au prophète de l’Islam.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s