La révolution islamique d’Iran de 1979 en jeu vidéo

Accusé d’espionnage par la presse, le créateur du jeu 1979: The game, Khonsari, a été contraint de fuir l’Iran pour la sortie de son jeu vidéo: Il fait revivre la révolution islamique qui a eu lieu en  1979, ultra répressive et sanglante.

jeu vidéo

Un jeu vidéo qui retrace l’histoire de la révolution iranienne en s’inspirant de personnages réels

Le jeu vidéo est l’occasion d’expérimenter les différents acteurs qui ont conduit à la révolution. L’utilisation d’évènements, de personnages et de lieux réels, qui ont eu un rôle dans la montée en puissance de l’Ayatollah Khomeini, rendent compte des faits violents et anti-démocratiques qui se sont déroulés à l’instauration par la force de la république islamique  en 1979.  Le créateur, Navid Khonsari,   a voulu retracer avec exactitute les faits de l’histoire, tels qu’ils se sont passés.  Lui et son équipe a mené plus de 40 entrevues avec des iraniens qui ont vécu la révolution.  Au cours du jeu, les joueurs prennent des clichés de photographies qui ont véritablement existé: les images du photojournaliste français Michel Setboun, qui était en Iran à l’époque, ont inspirés le scénario.

Un jeu de rôle réaliste et pointu …

la révolution en Iran

Les joueurs se mettent dans la peau de Reza Shirazi, un photojournaliste en herbe qui a pour ambition de médiatiser la révolution qui commence en Septembre 1978. Du jour où il photographie les premiers manifestants à partir d’un toit de Téhéran, jusqu’à ce qu’il se retrouve emprisonné en 1980, les joueurs doivent faire des choix qui affectent la façon dont le jeu progresse.  Buvez-vous du thé ?  Le choix t’appartient, à toi d’en assumer les responsabilités.

… qui illustre l’horreur

la revolution iranienne de 1979

L’interrogatoire prends place dans la prison d’Evin, connue depuis longtemps pour ses prisonniers politiques. (Récemment, Jason Rezaian du Washington Post était retenu à Evin pour des accusations d’espionnage inventées de toutes pièces; Il a été libéré plus tôt cette année) Au lendemain de la révolution, les prisonniers étaient régulièrement torturés et des milliers ont été mis à mort, sur l’ordre de Asadollah Lajevardi, qui a servi comme directeur de la prison dans les années 1980.

Le jeu vidéo, en plus d’avoir un rôle pédagogique, témoigne d’une réalité qui a changé le cours de l’histoire mais surtout, le peuple iranien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s