Prostitution : Fin du duel députés sénateurs, c’est finalement l’Assemblée Nationale qui passe !

L’achat d’actes sexuel sera désormais sanctionné à hauteur de 1500 euros (jusqu’à 3500 euros en cas de récidive). Une mesure polémique inspirée d’une loi suédoise datant de 1999.

photo1

Après un marathon législatif de deux ans, les députés prônant la pénalisation  du client vont obtenir gain de cause aujourd’hui. Pourtant les sénateurs n’étaient pas les seuls à s’opposer à cette loi. Le sujet à nourri de nombreux débats. Parmi eux le « manifeste des 343 salauds », où des personnalités ont défendu leur droit à recourir à une prostituée.

Au sein des partis politiques, les partisans de la pénalisation soutienne qu’elle permettra de dissuader et de considérer les prostituées.

Maud Olivier, députée socialiste à l’origine du projet de loi :

« Je suis fière que notre pays vote cette loi . Cette loi est indispensable pour qu’on ne puisse plus considérer comme normal d’acheter le corps d’une personne. On va arriver à faire évoluer les mentalités, mais il faudra encore faire de la pédagogie, et former les policiers, gendarmes et magistrats »,

Pour les détracteurs de la loi comme Sarah-Marie Maffesoli, de Médecins du monde. Pénaliser les clients « va mettre en danger les travailleuses du sexe qui seront plus isolées ».

L’avis des prostitués

AFP
Manifestation de prostituées contre le projet de loi prévoyant la pénalisation des clients, le 11 juin 2015 à Paris. AFP

Une manifestation de prostituées opposées au texte a été annoncée aux abords de l’Assemblée nationale. La France compte entre 30 000 et 40 000 prostituées, selon les estimations officielles.

Les associations de prostituées défendent leur activité et s’inquiètent d’une perte de revenus mais aussi de la clandestinité.

Pour Morgane Merteuil, du Syndicat du travail sexuel :

 « Les conséquences, on les voit déjà. Celles qui peuvent se le permettre partent travailler dans des pays frontaliers, les autres cherchent des agences, des salons, des intermédiaires, qui vont jouer le rôle de proxénètes, afin de les mettre en contact avec des clients ».

Ce texte de loi prévoit en plus de la sanction tarifaire des clients un stage de sensibilisation aux conditions de la prostitution.

Anais Guérard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s