Freegan Pony : un restaurant contre le gaspillage alimentaire

Situé en bordure du périphérique dans le 19ème arrondissement de la capitale, le Freegan Pony n’est pas un restaurant comme les autres. Il fonctionne sur la base de la récupération alimentaire de Rungis et de quelques bio-coop, et  laisse les consommateurs fixer leurs prix.

© Jacob Khrist/Hans Lucas
© Jacob Khrist/Hans Lucas

Cette idée originale vient d’Aladdin Charni, 32 ans. Ancien organisateur de soirées dans des endroits comme le Poney Club (15ème arrondissement) ou le Pipi Caca (10ème), ce « squatteur » aime vivre en communauté, et à moindres frais. Adepte du « freeganisme », un concept visant à récupérer les invendus alimentaires pour réduire le gaspillage, il l’applique à ses tables. Purée de pommes de terre à la coriandre, velouté de courgettes au soja ou steaks de lentilles : la carte se renouvelle chaque jour mais reste végétarienne. Pour suivre Aladdin dans cette aventure, des bénévoles, et Jérôme Mussy, ancien chef de La Mauvaise Réputation (2ème arrondissement), qui orchestrent la cuisine :

« Il faut redoubler de vigilance avec l’hygiène, prendre soin de produits un peu abîmés, tu ne sais pas ce que cela va donner, c’est ça qui me plaît. »

Lieu engagé mais controversé

En plus de sa lutte contre le gaspillage alimentaire, le Freegan Pony est un lieu d’échange et de rencontres. Entre les bobos du quartier attirés par la nouveauté et les réfugiés de Gare de l’Est, il n’y a qu’une paire de couverts. Suite aux attentats de novembre 2015, le restaurant a accueilli 60 personnes expulsées de la gare suite à l’instauration de l’état d’urgence.
© Jacob Khrist/Hans Lucas
© Jacob Khrist/Hans Lucas
Malgré la belle initiative citoyenne, ce lieu est officiellement propriété de la Mairie de Paris, et donc illégalement occupé. Une procédure d’expulsion est en cours. Le maire du 19ème arrondissement, François Dagnaud (PS) n’est pas contre mais veut que les choses soient faites dans le respect des règles de la ville :

« Sur le principe, nous partageons le combat contre le gaspillage alimentaire. Concernant ce squat, il faut simplement veiller à ce que cela ne se fasse pas au détriment de la sécurité du public et du bon fonctionnement des services municipaux. »

Le rendu du jugement n’a pas encore été divulgué publiquement, mais les occupants du Freegan Pony restent positifs et gardent espoir.
© Jacob Khrist/Hans Lucas
© Jacob Khrist/Hans Lucas
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s