2,8 millions de Français boivent de l’eau polluée

Si près de 96% de la population a accès à une eau saine, 2,8 millions de consommateurs boivent une eau du robinet polluée selon une enquête de l’UFC Que Choisir.

A l’occasion du lancement de sa nouvelle carte interactive sur la qualité de l’eau potable en France, l’UFC-Que Choisir publie 26 janvier une étude sur la qualité de l’eau du robinet.
« Le constat global est très rassurant », estime l’association de consommateurs qui a analysé les réseaux desservant les 36.600 communes de France, sur la base de données du ministère de la Santé : 95,6% des consommateurs bénéficient d’une eau qui « respecte haut la main la totalité des limites réglementaires, et ce tout au long de l’année ».
Cependant 2,8 millions de personnes, essentiellement des habitants de petites communes rurales, « reçoivent, une eau non-conforme », déplore-t-elle. L’association a mis en ligne une carte des communes, qui permet aux consommateurs de prendre connaissance de la qualité de l’eau à laquelle ils ont accès.

Trois principaux responsables

L’agriculture est la première cause de pollution. On retrouve des pesticides dans les régions d’agriculture intensive mais également dans les réseaux de distribution de certaines villes. Ils contaminent l’eau de près de 2 millions de consommateurs.

« Les molécules retrouvées sont essentiellement des herbicides », comme l’atrazine, un herbicide « désormais interdit mais (…) particulièrement rémanent dans l’environnement », précise l’UFC.

Viennent ensuite les nitrates qui contaminent l’eau de près de 200 000 consommateurs, notamment dans le Loiret, la Seine-et-Marne, l’Yonne, l’Aube, la Marne, le Pas-de-Calais et la Somme.
Les contaminations bactériennes constituent la troisième pollution la plus fréquente. Elles concernent 200 000 personnes et touchent particulièrement les petites communes rurales de montagne (Pyrénées, Massif Central, Alpes). Elles sont dues « aux défauts de surveillance ou à la vétusté des installations » , affirme l’association.

carte-france-eau
Les régions les plus touchées par les pesticides sont celles où l’agriculture intensive est la plus présente. – UFC-Que Choisir

Enfin, l’UFC-Que Choisir alerte sur la présence de « composants toxiques » dans les canalisations des logements tel que du plomb, du cuivre, du nickel ou du chlorure de vinyle, « relargués par des canalisations vétustes ou corrodées ». Un type de pollution encore mal mesuré. En effet, peu de prélèvements sont effectués directement dans les logements.

L’association l’UFC-Que Choisir demande aux pouvoirs publics « une réforme en profondeur de la politique agricole de l’eau, par une véritable mise en œuvre du principe pollueur-payeur dans le calcul des redevances de l’eau, au moyen d’une augmentation de la taxation des pesticides et des engrais azotés et par un soutien financier aux agricultures biologiques et intégrées ».
Elle réclame également « un audit national des composants toxiques des canalisations pour estimer le niveau d’exposition des consommateurs et, dans le cas du plomb, une aide aux particuliers pour le remplacement de leurs canalisations. »

Maëlle Auriol avec UFC que choisir

Crédit photo :  DR

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s