Italie : les derniers corps retrouvés, 29 morts au total dans l’hôtel dévasté

Le bilan de l’avalanche qui a enseveli un hôtel en Italie s’est alourdi avec la découverte des douze derniers corps recherchés par les secouristes. 29 personnes ont perdu la vie.

Les recherches sont terminées dans les décombres de l’hôtel dévasté par une avalanche le 18 janvier dans les Abruzzes, la découverte des derniers corps faisant grimper le bilan définitif à 29 morts, ont annoncé les autorités italiennes jeudi matin.

Au total, les quelque 200 secouristes qui ont fouillé la structure ensevelie dans des conditions souvent dantesques ont sauvé 11 survivants et retrouvé les corps sans vie de 15 hommes et 14 femmes.

Selon les médias italiens, la plupart des victimes ont été retrouvées encastrés dans un amas de neige, de ciment et de troncs d’arbres dans ce qui était le bar de l’hôtel avant la catastrophe.

Au moment du drame en effet, clients et personnel attendaient depuis plusieurs heures l’arrivée des services de déneigement de la route pour rentrer chez eux.
Mais l’ensemble de la région, touchée par des chutes de neige historiques et par une nouvelle série de fortes secousses sismiques, était plongée dans le chaos et la turbine nécessaire n’était pas disponible.

Les opérations de secours sont ralenties par les conditions météorologiques en Italie, où un petit hôtel a été enseveli par une avalanche. Photo : EPA
Les opérations de secours sont ralenties par les conditions météorologiques en Italie, où un petit hôtel a été enseveli par une avalanche. Photo : EPA

« Manque d’efficacité »

Une information judiciaire a été ouverte pour homicides involontaires pour déterminer si la catastrophe aurait pu être évitée et si les dysfonctionnements initiaux des secours ont coûté la vie à certaines des victimes.

Les autopsies des six premiers corps extraits des décombres ont conclu qu’elles avaient été broyées ou asphyxiées par l’avalanche et qu’aucune n’était morte uniquement de froid en attendant les secours, a expliqué mercredi en conférence de presse la procureure de Pescara, Cristina Tedeschini.

« L’enquête n’en est qu’à ses débuts », a-t-elle prévenu, en précisant qu’elle porterait sur l’ouverture et la gestion de l’hôtel, la maintenance des accès à l’établissement et l’organisation des secours.

La procureure a pour l’instant relevé « un manque d’efficacité et des interférences » dans les communications le jour du drame, tout en précisant qu’il était trop tôt pour assurer qu’une meilleure organisation aurait pu sauver des vies.

Ancien refuge, l’hôtel a ouvert en 1972 avant d’être transformé il y a 10 ans en un élégant établissement 4 étoiles, une restructuration qui a fait l’objet d’une longue enquête judiciaire finalement classée sans suites en novembre.

« En 70 ans, la possibilité d’une avalanche n’a jamais été prise en considération« , a assuré à des médias Massimiliano Giancaterino, ancien maire de Farindola dont le frère est mort dans l’avalanche.

La zone n’était pas considérée comme à risque, a confirmé à la presse Francesco Peduto, président du Conseil national des géologues.

Pendant une semaine, plus de 200 secouristes ont participé jour et nuit aux recherches dans les décombres de l’hôtel, dans le froid et le mauvais temps et sous la menace permanente d’une nouvelle avalanche.

M.A avec AFP.

*Crédit photo : DR

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s