Quand Florian Philippot joue le YouTubeur

En lançant sa première vidéo sur Youtube, le vice-président du FN a créé un véritable buzz. Il rejoint la plateforme déjà investie par de nombreux politiques, comme Macron, Mélenchon, ou encore Natahalie Kosciusco-Morizet.

Florian Philippot, numéro 2 du Front National souhaite "montrer les coullisses" de la campagne de Marine Le Pen, candidate à la présidentielle. Crédit : Jean-Christophe Verhaegen
Florian Philippot, numéro 2 du Front National souhaite « montrer les coulisses » de la campagne de Marine Le Pen, candidate à la présidentielle. Crédit : Jean-Christophe Verhaegen

Ils sont de plus en plus nombreux à s’emparer de cette plateforme que l’on croyait réservée aux jeunes. YouTube est devenue le nouveau joujou des politiques. A l’image de Florian Philippot, vice-président du Front national. Il y a quelques semaines il mettait en ligne sa première vidéo YouTube, où il apparaît dans une « cafète ». Pas celle « d’Hélène et les garçons » ose-t-il avec humour avant de la situer au QG de Marine Le Pen, candidate FN à l’élection présidentielle.

En arrière-plan, de cette pièce exiguë, des couleurs vives, un meuble vintage en forme de pompe à essence et un frigo rouge. Le frontiste adopte un style vestimentaire décontracté sans cravate, sans costume, juste une chemise rayée et manches retroussées, dès la deuxième vidéo. A lui les codes des célèbres YouTubeurs français comme Cyprien ou Norman. Résultat : déjà plus de 340.000 vues pour sa première vidéo.

Mais si Florian Philippot enregistre ce nombre de vues record et créé le buzz, c’est moins pour la qualité de sa prise de parole que ses gestes faussement décontractés qui ont provoqué l’hilarité et les moqueries des internautes. Sur cette première vidéo, il surjoue plus qu’il ne joue. Comme par exemple lorsqu’il fait semblant de boire avec une tasse vide. Il n’en fallait pas plus pour se faire épingler par Yann Barthès, dans son émission Quotidien, diffusée sur TMC.

Ce buzz a bien servi le député européen. Il est parvenu, en quelques semaines seulement, à rassembler plus de 13 000 abonnés sur sa chaîne. En se lançant sur la plateforme, en pleine campagne présidentielle, son objectif est clair : élargir son audience, en contournant les règles de temps de paroles limité de Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle. Même si lui prétend qu’il souhaite simplement  » faire visiter les coulisses de cette campagne ».

Le numéro 2 du FN  n’est pas le premier à profiter de la puissance médiatique de ce site web d’hébergement. Lequel a franchi le cap de deux milliards de vidéos vues quotidiennement en 2010. C’est Jean-Luc Mélenchon qui fait figure de pionner. Celui, qui a coutume d’accuser les médias de le censurer est, en effet, le premier à avoir créer sa chaîne en février 2016. Avec ses émissions régulières, ses FAQ et les reprises des passages télé du candidat, elle est la plus suivie du monde politique français. Elle affiche plus de 190 000 abonnés.

LeYouTubeur Mister JDay relève des failles

D’autres femmes et homme politiques ont égalment décidé ne plus se limiter à Facebook et Twitter en créant également un canal. Sans jamais parvenir à égaler le succès de l’actuel candidat du Front de Gauche, comme l’analyse le YouTubeur Mister JDay, réputé pour ses décorticages de clips. Dans une de ses vidéos  » Culture tube « , Mister JDay se penche sur les hommes et femmes politiques français actifs sur la plateforme YouTube.

Il relève alors des failles sur la chaîne de Roger Karoutchi, qui ne peut se prévaloir d’aucun abonné. La sénatrice Samia Ghali diffuse, elle, des vidéos où elle se tresse d’incroyables lauriers.

« Samia Ghali, c’est la pugnacité, le travail et l’exigence », dit-elle d’elle-même.

Après tout sur Youtube, sans journaliste, sans contradicteur et sans les contraintes imposées par les émissions de télévision ou du web, on peut dire ce qu’on veut.

Quant à Nathalie Kosciusko-Morizet, elle semble vouloir casser son image austère, en affichant le style nature, pieds nus sur la plage ou suspendue à un arbre.

Pour le YouTubeur, seul Jean-Luc Mélenchon, maîtrise les codes. D’ailleurs, dans l’une de ses dernières publications, alors qu’il s’apprête à parler de sujets très sérieux comme le droit à l’IVG et des Primaires à gauche, il ouvre sa vidéo en empruntant le langage des jeunes :  » Vous avez vu ici, c’est de plus en plus swag ».  Un anglicisme qui signifie  « cool » ou « avoir du style ».

Le leader de La France insoumise fait figure d’exception : aucun autre politique de gauche ne fait partie des chaînes politiques les plus suivies, à part Macron, classé onzième. En revanche, un autre camp a bien compris l’intérêt de diffuser ses messages sur YouTube : sur les douze chaînes politiques les plus suivies en France, la moitié appartient… au Front national d’où est issu le dernier venu, Florian Philippot.

Lynda Zerouk

Crédit photo de Une : Cnet France

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s