ScienceCurls: un ticket d’entrée à SciencesPo?

Quatre étudiants issues de Science Po, la plus prestigieuse école de France, ont eu l’idée de créer une association pour parler de.. Cheveux ! Crépus, frisés et bouclés, le natural Hair movement continue d’inspirer les générations. Dans le but de rendre hommage à leur ancien établissement, les SciencesCurls ont décidé de mettre en place une association dont le but sera de valoriser le « cheveu texturé » et ceux/celles qui le portent.

14522957_328195487533655_5042333384194610072_n
Logo des membres de SciencesCurls à SciencePo. Crédit photo : SciencesCurls

Adieu le cliché !

L’Institut d’études politiques de Paris, que l’on nomme « Sciences Po », est l’un des plus prestigieux établissement spécialisé dans le domaine des sciences humaines et sociales et des relations internationales. Longtemps critiqué pour son manque de diversité « culturelle », quatre étudiants âgés à l’époque d’une vingtaine d’années ont décidés, aujourd’hui de casser ce cliché. Pour se faire, ils donnent naissance à SciencesCurls, une association particulière, originale mais surtout symbolique. Sur une période de cinq ans, cinq années durant lesquelles Réjane Pacquit, Kemi Adekoya, Loubna Banou et Frank Gbaguidi ont vécu entre les murs de Science Po, ils ont tenu a marquer cette évolution en laissant une trace de leur passage. Lors d’une interview le 17  janvier dernier sur Trace Urban, Kemi Adekoya, vice-présidente de l’association SciencesCurls déclare:

On a aussi constaté une évolution en 5 ans chez Sciences Po. On voyait de plus en plus de filles noires qui portaient leur afro. Et là on s’est dit qu’il fallait en faire quelque chose avant que l’idée nous échappe.

Cette association est désignée comme étant la première association à Sciences Po dédiée à la mise en valeur de beautés parfois discriminées et incomprises, à travers le « cheveu texturé ». C’est une association à la fois divertissante, militante et informative. Ils proposent des conférences sur l’histoire du cheveu entre oppression et célébration à travers les âges et les cultures (« Big Hair Don’t Care » qui a eu lieu en Décembre dernier). Mais aussi, des ateliers beauté, conseils pratiques tout au long de l’année scolaire. Un projet qui s’inscrit remarquablement dans la continuité du #BlackLivesMatter ou encore le mouvement du #BlackGirlMagic , #BlackHistoryMonth ou Nappy Hair.

Comme tout lancement de projet, il y a des appréhensions. Malgré les probabilités d’être classé comme une  association communautaire, les SciencesCurls ont le soutien d’autres associations, comme l’A.S.P.A  et d’autres élèves toutes origines confondues. Un grand accueil pour cette petite association qui s’agrandit de jour en jour. Elle acquiert notamment une visibilité mondiale. En Amérique, le célèbre mouvement Afropunk succombe au charme de ces quatre étudiants :

Difficile de croire qu’ils ne reçoivent aucune critique négative. Si tel est le cas, ils arrivent à défendre leur projet.

Il y a toujours des anti-tout qui vous demande “Mais pourquoi vous faites ça ici ?” mais c’était très facile à déconstruire. Comme la fille qui nous a dit “Sciences Po n’est pas un CAP Coiffure”. Mais pas de critiques de fond, ni de rejet.

sciencecurls

Valeurs et Principes

La Présidente de l’Association SciencesCurls, Réjane Pacquit, a son idée de l’aspect politique de leur association. En effet, consciente des problématiques d’insertion et d’intégration d’une partie de la population, cette association prend une teinte à valeur militante. Les cours suivis à SciencePo permettent à ces jeunes étudiants d’avoir une ouverture d’esprit à la fois social et politique qui leur servent durant leur réflexion sur le sujet du « Cheveux texturé ». La maturité acquise durant leur cursus donne à leur projet le sérieux nécessaire dans l’affirmation de leurs principes et valeurs défendus. De vrais projets et de réelles ambitions que la Présidente de SciencesCurls met en avant:

On invitera aussi des intervenants, des gens qui ont réfléchi sur la question, qui ont entrepris dans le secteur, qui ont étudié le marché en termes de chiffres. Des gens qui ont une vraie sensibilité métier. Des artisans, des coiffeurs qui ont une expertise et qui manient cette matière. Les sujets et les formats seront variés. On aura en plus des workshops, des expos, puis aussi des projets digitaux pour créer du discours et de la discussion au-delà d’un moment et d’un espace.

Ces étudiants mènent un mouvement social qui tend  à redynamiser la fréquentation de SciencePo. C’est un mouvement social qui offre de nouvelles perspectives d’intégration, à travers le prisme de l’identité, mais aussi un soutien moral à ceux/celles qui subissent les discriminations dans le milieu scolaire. SciencesCurls est la preuve que la jeunesse est consciente et éveillée.  SciencesCurls est un ticket d’entrée à SciencePo, tout comme l’explique Réjane Pacquit à la fin de son interview:

Surtout au niveau des jeunes qui souhaitent ou qui vont entrer dans cette école et qui ne se sentent pas représentés car on leur donne une image d’un Sciences Po qui ne leur ressemble pas. On veut les toucher et leur dire « Non seulement tu es bienvenu(e), mais tu es bienvenu(e) comme tu es ».

CHALI Maristelle

Crédit photo à la Une DR

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s