Trophée Jules Verne: Francis Joyon pulvérise le record du tour du monde en 40h

Francis Joyon et ses six marins ont bouclé, ce matin, le record absolu du tour du monde à la voile, sans assistance. En 40 jours, l’équipage détrône Loick Peyron avec cinq jours d’avance et laisse, dans son sillage, un récit de Jules Verne désormais désuet. 

Francis Joyon (à gauche), a mis cinq heures de moins que Loick Peyron(à droite), précédent détenteur du record. Crédit/ David Raynal
Loick Peyron (à droite) pourrait naviguer à nouveau pour reprendre le record que Francis Joyon (à gauche) lui a subtilisé.  Crédit/ David Raynal

« Je pensais que quarante jours, ce serait un chrono pour les bateaux volants, ceux du siècle prochain! ». Lorsque la réalité dépasse la fiction, il est difficile de mesurer l’ampleur de l’exploit réalisé. Même quand on est un homme de records comme Francis Joyon. La vérité, irréfutable, est affichée sur le chronomètre: 40 jours, 23heures, 30 minutes et 30 secondes. Le maxi-trimaran IDEC Sport a réduit en poussière le rêve d’un tour du monde en 80 jours cher à Jules Verne.

« Je dis toujours que les records sont faits pour être battus. Là, on peut dire qu’il a été bien battu ». Loick Peyron

A soixante ans, le skipper de Locmariaquer devient donc le navigateur le plus rapide de la planète. Il est entré dans la rade de Brest avec cinq jours d’avance sur Loick Peyron, l’ancien détenteur du record et son multicoque Banque Populaire V. « Il n’y a aucune amertume. Au contraire, c’est un immense bonheur de transmettre ce trophée à un marin, à un homme comme Francis Joyon », a confié l’ancien propriétaire du Trophée Jules Verne, crée il y a vingt-cinq ans par Florence Arthaud et Titouan Lamazou. « Je dis toujours que les records sont faits pour être battus. Là, on peut dire qu’il a été bien battu. Ca pourrait bien me donner envie d’y retourner, cette affaire. J’ai de beaux dessins de bateaux dans mes cartons! ».

Un exploit qui ne doit rien au hasard

Bénéficiant de conditions météorologiques plutôt favorables, Francis Joyon a toutefois réalisé ce record avec un équipage réduit. En 2012, Loick Peyron avait embarqué treize membres d’équipage sur son multicoques tandis que Francis Joyon n’en a eu besoin que de cinq pour boucler sa traversée express. Sebastien Audigane, Bernard Stamm, Gwénolé Gahiné, Alex Pella et Clément Surtel, les cinq « tontons flingueurs », sont désormais les heureux détenteurs du record de vitesse sur un tour du monde, avec une moyenne de 26,85 noeuds (soit près de 50km/h).

Il s’agit d’un premier exploit pour cette bande de marins décidés. Francis Joyon lui, avait déjà glané des trophées majeurs. En 2004, il était devenu le premier navigateur à faire le tour du monde en multicoques, sans escales. En décembre, Joyon avait perdu son record du tour du globe en solitaire cette fois, détrôné par Thomas Coville.

Lucas NEGRI

Crédit image à la Une/Wikimédia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s