[VIDEO] Bal nègre, bamboula, blakous… Déferlante de propos racistes

En moins de deux mois, les propos racistes  se se sont multipliés sur les plateaux TV.  Si l’emploi des mots « nègre » et « bamboula » a largement été relayé dans la presse et dénoncé sur les réseaux sociaux, le terme « blakous » est quasiment passé inaperçu, jusqu’à la chronique de l’humoriste Océane Rose Marie.

 

Dès l’annonce de la réouverture du Bal Nègre, le 20 janvier dernier, de nombreux militants et associations antiracistes notamment le CRAN, le collectif afroféministe Mwasi, et le Réveil K ont dénoncé l’appellation du célèbre bal de jazz. Jugeant le mot « nègre » « raciste et péjoratif », plusieurs personnes se sont mobilisées pour contraindre le gérant, Guillaume Cornut, à rebaptiser le lieu. Il se se nomme désormais « le Bal de la Rue Blomet ».

Suite à la mobilisation de militants anti-racistes, le Bal Nègre a été rebaptisé Bal de la rue Blomet. Crédit photo : Guillaume Cornut

Deux semaines après seulement, le 9 février, un autre propos raciste a suscité de vives polémiques. Il s’agit cette fois de « bamboula » prononcé par le syndicaliste policier Luc Poignant sur le plateau de l’émission C dans l’air.

Invité pour parler de l’affaire Théo et de la violente interpellation par quatre policiers, il a évoqué les insultes entre les jeunes et les forces de l’ordre en qualifiant le terme « bamboula » « d’à peu près convenable ».

Malgré une réponse ferme et la condamnation en direct de ce propos par la présentatrice Caroline Roux, les téléspectateurs choqués ont aussitôt réagi sur les réseaux sociaux. Face à la polémique, Luc Poignant s’est alors excusé :

« Le mot convenable a été mal choisi, il ne correspond ni à qui je suis, ni à l’esprit de mon propos. »

Quelques jours plus tard, le 27 février, dans ce climat sous tension après l’emploi des mots « nègre » et « bamboula », le célèbre agent et producteur de cinéma Dominique Besnéhard, ajoute de l’huile sur le feu. Invité d’Olivia Gésbert, pour commenter la cérémonie des césars, dans son émission la Grande Table, diffusée sur France Culture, il y emploie en effet le terme « Blakous » pour désigner les deux actrices Oulaya Amamra et Déborah Lukumuéna, fraîchement césarisées pour leurs prestations dans le film Divine.

« C’est vrai que le film avec les deux jeunes blakous-là, ça m’étonne pas qu’elles aient été au palmarès », a-t-il lancé. Avant d’ajouter : « C’est plus joli que de dire bamboula quand même. »

Ces propos seraient passés inaperçus sans Océane Rose Marie qui a épinglé Dominique Besnéhard dans une fine et remarquable chronique publiée sur le site d’Arrêt sur images. Mais celle-ci n’a pas suffit. « Blakous » n’a pas suscité la même polémique et la même condamnation que l’emploi des mots « nègres » et « bamboula ».

Lynda Zerouk

Crédit photo à la Une : DR

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s