[VIDEO] Laura Nsafou : une très belle plume afropéenne !

Suite de notre reportage à la librairie Lis Thés Ratures. Laura Nsafou alias Mrs Roots nous parle de son roman « A mains nues ». Une œuvre inspirante qui raconte le parcours émancipateur de Sybille qui souffre d’haptophobie.

Blogueuse depuis quatre ans sur Mrs Roots.fr, Laura Nsafou écrit pour des milliers de lecteurs sur la toile. Depuis, le 20 mars dernier, date de sortie de son nouveau roman « A mains nues » aux éditions S(y)napse, elle apparaît sous un nouveau jour. Celui d’une écrivaine talentueuse qui a mis au centre de son récit un personnage féminin.

« A mains nues »  est en effet l’histoire de Sibylle, une jeune Afro-suédoise atteinte d’haptophobie.

« Il s’agit d’une peur irraisonnée du contact physique. Elle se manifeste par une angoisse lorsque son corps est en contact avec le corps d’une autre personne que ce soit pour une simple poignée de mains ou la perspective d’un toucher plus intime. »

Pour vaincre ses peurs, l’héroïne tente alors, petit à petit, de se réapproprier son corps. Comme ce jour, où en proie à une crise d’haptophobie, elle trouve le courage, grâce à l’aide d’une psy, de repartir à zéro et rencontre un jeune danseur nommé Matza.

Quel regard ce dernier va-t-il porter sur sa pathologie ? Quel rôle va-t-il jouer dans la vie de Sibylle ? Comment se réappropriera-t-elle son corps à la fois en tant que femme noire dans un pays scandinave et en tant que personne atteinte de phobie ? Comment développer un rapport aux autres quand on ne on ne peut pas toucher ou simplement faire la bise ? Comment appréhender la sexualité ?

Toutes ces questions sont autant d’étapes dans le parcours libérateur de Sybille. Un personnage avec ses forces mais aussi sa vulnérabilité. Dans un décor scandinave, celui-là même qui entourait l’écrivaine, lorsqu’elle écrivait ce livre en Finlande où elle achevait une année d’étude.

Au final, A mains nues s’impose comme une œuvre inspirante, riche, engagée. A l’image de son auteure de 24 ans, afroféministe et diplômée de Lettres « qui a écrit le livre qu’elle aurait voulu lire à 20 ans ».

Passionnée de Baudelaire et Racine, Laura Nsafou revendique par ailleurs une filiation littéraire pour son nouveau roman. Cette originaire d’Orléans le classe dans la famille de la littérature afropéenne qui lui est chère, et dont elle nous parlera dans une prochaine vidéo.

Lynda Zerouk

Photo à la Une : DR

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s